FICHES SEMINAIRES - Travail et agression

La gestion des conflits

  • C’est un processus que nous traversons lorsque nous traitons avec les autres. Il fait partie de notre vie car nous ne choisissons jamais, ni un partenaire, ni un ami ou une amie ayant un caractère identique au nôtre. 
  • C’est du choc des idées que jaillit la lumière.
  • le conflit est donc normal dans une entreprise dynamique où les idées circulent, mais il y a des conflits constructifs et destructifs.
  • Apprenons à nous connaître nous-même, à ne pas tomber dans le piège de l’escalade.
  • A  contrôler : notre perception, notre communication et les émotions qu’elles génèrent. Que ce soit à l’égard du collègue, du supérieur ou du client.
tl_files/fM_k0001/photos/agress1.jpg
   

Faire face à l’agressivité.

  • Tous les secteurs sont confrontés à ce type de manifestations : enseignants, personnels hospitalier, secteur de la vente, les administrations. Chez les clients  l’idée se répend de plus en plus que la gentillesse ne paye plus.
  • La sensibilité à ce que nous considérons comme agressivité est différente selon les individus.
  • Le fait d’en être victime est conditionné par des paramètres (endroit ou l’on exerce – le moment – le nombre de contacts – le fait de devoir apporter des messages qui déplaisent).
  • Nous entraînons les participants à désamorcer les situations d’agression verbale et d’agression physique et ce en fonction des paramètres cités ci-dessus. Nous demandons de pouvoir observer les difficultés du métier exercé et proposons ensuite un programme adapté.

 

Faire face à la violence

  • Quelle est la différence entre violence et agressivité. Le  violent c’est celui qui ne nous ressemble pas.
  • 0n parle de « petite violence » et de « violence grave » ; où la différence se situe-t-elle ?
  • La violence subie produit une violence en retour.
  • L’objet de cette formation est de devenir responsable des violences que nous produisons. Notre perception, toute subjective, est centrale. Notre communication verbale et non verbale l’est aussi. Notre gestion du stress, nous aide à dédramatiser. Nous pourrons ainsi désamorcer toutes les velléités d'agressivité morale et physique.

Comment aider le cadre ou le collaborateur qui a été victime d’une agression ?

  • Lorsqu’on demande aux victimes d’agression ou de violence ; l’aide qu’ils apprécient le plus, ils citent dans l'ordre :
  1. L’aide des pairs
  2. La reconnaissance de la hiérarchie
  3. Le support de la famille
  4. Les médecins, les psychologues et les autres conseillers
  • Il est donc essentiel de préparer et former les collaborateurs au rôle psychosocial qu’ils ont à jouer pour promouvoir le « bien-être » au travail.

< Formation précédente